Compétition Jeune création

Que no me roben los sueños : quand le Chili s’autorise à rêver

7 octobre 2019 : le Chili s’embrase. L’annonce de l’augmentation du prix du billet de métro cristallise les tensions au sein du pays. Claudia prend part au mouvement étudiant. Elle rêve d’un avenir émancipateur, loin de la corruption et des inégalités qui gangrènent le Chili.

À qui appartiennent les rêves, dans le pays le plus inégalitaire de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques ? Sans doute à ceux qui peuvent se le permettre. Ceux qui se les accaparent. Mais la Révolution chilienne de 2019 a ouvert un nouveau champ des possibles. Les rêves pourraient appartenir à ceux qui les poursuivent.

Chaque jour, Claudia et ses amis défilent dans des marées humaines à Santiago. Les violentes répressions, les trente morts, douze-mille blessés, et vingt-cinq mille arrestations, importent peu ; le rêve transcende. Il est parfois ambitieux, mais jamais trop grand. Pour l’atteindre, plus que de la bonne volonté, on y met de la rage. Alors le micro à la bouche devant une assemblée d’étudiants, Claudia parle avec les tripes. C’est là que la caméra la remarque. Elle lui ouvre son quotidien de militante, à la poursuite des rêves d’un peuple réenchanté.

La caméra de Zoé Brichau suit alors ses aventures. Des grandes manifestations aux projections-débat sur les bancs de l’université. Des conversations sur les inégalités sociales aux confrontations familiales. Le frère de Claudia est policier : il réprime les manifestants. Son père s’inquiète pour sa fille, il se méfie du mouvement. « Tu veux continuer à être pauvre ? », lui assène-t-elle. Elle les aime, malgré tout.

Les rêves de la jeune femme sont collectifs, son militantisme est intime. En 2019, elle a avorté illégalement, dans sa douche, deux ans avant la dépénalisation des interruptions volontaires de grossesses. Elle rêve pour les autres, Claudia. Difficile de savoir si cela fonctionnera. Mais aux dernières élections présidentielles de novembre dernier, le Chili n’a pas choisi l’extrême-droite. Le peuple a refusé le cauchemar.

Mattias Corrasco

Que no me roben los sueños. 28 min. Belgique 2020. Zoé Brichau.

0 comments on “Que no me roben los sueños : quand le Chili s’autorise à rêver

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :