Compétition France Les professionnels

Mon corps ce pays, sacré meilleur pitch de premiers films en région

Ce 18 janvier 2021, Mon corps ce pays de Mélanie Trugeon a remporté le prix du meilleur pitch de premiers films en Région. Une plongée dans l’intime rapport des femmes à leur corps.   

On ne le dira jamais assez : le FIPADOC brille aussi par les pépites qu’il sait déceler. Et pour mettre en avant les nouveaux talents, le festival organise notamment des « sessions pitchs ». Une opportunité pour les jeunes réalisateurs de présenter leurs projets de documentaires à leurs pairs experts. Huit jeunes créateurs de la Région Nouvelle-Aquitaine ont ainsi proposé leur projet cinématographique à un public de producteurs et de représentants des chaînes de télévision. L’occasion pour les  réalisateurs en herbe d’échanger avec les décideurs du secteur ; « un passage crucial », selon Noémie Benayoun, chargée de mission à l’Alca, l’Agence culturelle de la Nouvelle-Aquitaine, et animatrice de l’évènement.

Lors de cette édition perturbée par le Covid-19, c’est le pitch de Mélanie Trugeon pour Mon Corps ce pays qui a remporté le plus de suffrages. Un titre qui offre à la jeune réalisatrice une aide de 2 000 euros, remise par la société Saya, dédiée à la post-production de son film.

Corps blessés, sublimés

Mon Corps ce pays rouvre les plaies, interroge les contraintes, puis la reconstruction. Vivre avec la sensation d’être transparente et de toujours devoir cacher son corps, c’est ce qu’a vécu Mélanie Trugeon pendant longtemps à cause du port du corset. Coincée dans ce mal-être, la jeune femme a fait disparaitre son corps à la recherche de plus de sécurité. « Petite, j’ai mis en place des stratégies multiples. Je m’isolais dans ma tête. Je formais une armure imaginaire avec mon corset, que j’ai porté six années. J’annihilais mes émotions […] J’avais l’impression qu’en faisant disparaître mon corps, je démentirai l’oppression qu’il exerçait sur moi et je me sentirai plus en sécurité ». Ce n’est que bien des années plus tard, qu’elle a pris conscience du bien précieux, « cœur de son existence », qu’il représentait. 

« L’art permet de sublimer son parcours et ses douleurs, à partir d’une partie du corps ».  

Avec ce film, la réalisatrice capte les énergies bouleversantes qui animent et renouvellent le corps des femmes. Mélanie Trugeon part à la rencontre de cinq jeunes femmes artistes, « miroir tendu à [ses] interrogations ». Un dialogue s’installe entre elles, le corps en est le sujet. Voltigeuse, sculpteuse, chanteuse, clown ou encore performeuse, chacune s’est longtemps sentie différente. Avec l’art elles s’ancrent à nouveau dans leur corps. Sophie s’est construite une carapace d’agressivité contre ses douleurs de ventre. Tiphaine a longtemps porté des vêtements amples pour cacher ses seins.  Quant à la performeuse Kubra, elle s’est entourée d’une armure métallique afin de protéger son sexe. Autour du corps blessé de ces femmes, l’œuvre de Mélanie Trugeon porte un nouveau regard sur soi. 

Emilie Barthe

0 comments on “Mon corps ce pays, sacré meilleur pitch de premiers films en région

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :