Compétition Documentaire musical Focus Suède

The heart is a drum, hommage posthume

Avec The Heart is a Drum, le réalisateur suédois Jacob Frössén honore la mémoire du défunt batteur de Kraftwerk, La Düsseldorf et surtout NEU!, injustement tombé dans l’oubli.

Le nom de Klaus Dinger ne vous rappelle rien ? C’est bien normal. À moins d’être membre de la secte étrange des Amateurs de Krautrock, il est tout à fait commun d’ignorer le nom de ce pilier du rock expérimental allemand.

Un documentaire intime sur un génie méconnu.

D’un chagrin d’amour suédois à l’art comme raison d’être, le documentaire retrace la vie et la carrière de l’inventeur du « Motorik », style de frappe mécanique et entêtant caractéristique du Krautrock.

Celui qui voulait « célébrer la douleur de vivre » a révolutionné la manière d’appréhender la batterie. Un battement simple, martelé comme si « on roulait tout droit », sans jamais s’arrêter. Après avoir quitté NEU! en 1975, Klaus Dinger a continué à inventer, et a même trouvé le succès populaire avec La Düsseldorf dans les années 80.

Cet hommage amplement mérité, narré par Kim Gordon (bassiste de Sonic Youth, ndlr.) donne la parole à ses anciens compagnons de Krafterk et NEU!, mais aussi à ses héritiers derrière les fûts, tel Stephen Morris, batteur de Joy Division et de New Order.     

Simon Guichard

P.-S. : Les films suédois ne se montent pas en kit.

0 comments on “The heart is a drum, hommage posthume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :