La vie du festival

Une soirée Black and Wild pour lancer le FIPADOC 2020

               Le premier chapitre du FIPADOC 2020, la cérémonie d’ouverture du festival, s’est tenu Gare du Midi. Dans une salle Atalaya comble, de drôles de zèbres ont donné le la à cette semaine dédiée à l’évasion.

« Vous souvenez-vous de votre deuxième fois ? », c’est avec cette question taquine que la présidente du FIPADOC Anne Georget a entamé son discours face à un public venu nombreux. L’objectif est d’emblée annoncé : pour sa deuxième année dans ce format réservé aux documentaires, le festival se doit d’être inoubliable. Placée sous le signe des femmes, cette édition 2020 va mettre en scène des personnages forts – beaucoup de femmes – telles une apicultrice macédonienne, une pédiatre syrienne, une mère bédouine ou encore un quatuor de musiciennes. Si des « histoires d’hommes et aussi d’enfants » sont également au programme, le FIPADOC ambitionne avant tout de braquer les projecteurs sur des « histoires vraies », s’éloignant un peu plus des 31 festivals de fiction qui l’ont précédé.

               Bienvenue en suédois

Rejointe sur scène par Christiane Camdessus, déléguée générale de l’événement, la documentariste Anne Georget a présenté les jurys qui remettront les différents prix samedi 25 janvier, au crépuscule de la compétition. L’occasion pour la réalisatrice iranienne Maryam Ebrahami de souhaiter la bienvenue à tous, en suédois ; un clin d’œil au « pays-focus » de cette année. Enfin, le maire de la Ville hôte, Michel Veunac, a envoyé ses vœux de réussite.

               « Un film entre The Artist et Bambi »

Pour ce lancement de festival, une projection surprise avait été annoncée : Black and Wild, « un drôle de zèbre », selon les mots du réalisateur Laurent Frapat, fusion graphique d’un documentaire animalier et d’un ciné-concert, a ouvert le bal. A peine éclairés, dans une salle devenue obscure, le pianiste Reinhardt Wagner et son quintet ont accompagné le souffle de ce film en noir et blanc, et la fougue de ses zèbres assurément. Et le réalisateur, ému , de revenir sur son film, drôle d’alliage, « entre The Artist et Bambi ». Le Festival a commencé.

              

0 comments on “Une soirée Black and Wild pour lancer le FIPADOC 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :