La vie du festival

FIPADOC 2020 : c’est parti !

Pour sa deuxième édition, le FIPADOC, qui s’est ouvert aujourd’hui, mardi 21 janvier 2020, resserre sa focale sur les documentaires. Jusqu’au dimanche 26 janvier, près de 120 films seront diffusés dans les salles obscures de Biarritz.

A Biarritz, le mois de janvier rime avec ciné. Comme chaque année depuis 1987, la station balnéaire basque accueille le Festival international des programmes audiovisuels. L’édition 2020, qui débute ce 21 janvier, promeut le film documentaire pour la deuxième année consécutive. Un choix qui s’était déjà avéré payant en 2019 avec 450 auteurs, producteurs présents et 25 000 spectateurs. Le festival est depuis l’an passé le plus grand rassemblement de France dédié aux documentaires du monde entier.

Au programme du FIPADOC 2020, plus de 120 documentaires en lice pour six prix distincts. Si « les gens heureux n’ont pas d’histoire » selon les mots de la déléguée générale du festival, Christine Camdessus, la 33ème édition du festival n’en sera pas pour autant seulement dédiée à la tristesse. Au programme : tranches de vie, voyages, sciences et musique.

Se souvenir du Chili

L’invitée d’honneur de l’édition 2020 est une réalisatrice chilienne. Émigrée en France suite au coup d’Etat du 11 septembre 1973 et l’arrivée au pouvoir du général Pinochet, Carmen Castillo s’est d’abord tournée vers l’écriture puis le documentaire pour raconter ses souvenirs et faire perdurer la mémoire des luttes en Amérique latine. 

Le Prix du Documentaire International, qui récompense un documentaire inédit en France, va voir s’affronter des œuvres telles que The Cave du réalisateur syrien Feras Fayyad ou encore  Honeyland des macédoniens Ljubomir Stefanov et Tamara Kotevska. Ces deux films se retrouveront le 9 février à Los Angeles pour la cérémonie des Oscars.

Comme chaque année, le festival met un pays à l’honneur. Cette année, c’est la Suède qui sera célébrée durant une semaine, avec plus de treize documentaires. 

La Cravate fait office de favori pour le Prix du Documentaire National. Cette plongée dans le quotidien d’un militant d’extrême droite, réalisée par Etienne Chaillou et Mathias Théry est attendue avec la plus grande impatience par les festivaliers.

Un Grand Prix qui swingue

Le Grand Prix du Documentaire Musical et ses 12 films en compétition donnera l’occasion aux spectateurs de découvrir ou de se replonger dans les univers de la Diva du Jazz Ella Fitzgerald, de Georges Brassens ou encore de la chanteuse norvégienne Aurora.

Le Prix Impact récompensera un « grand » film, de l’ordre de ceux qui changent notre vision du monde et nous inspirent. En lice, dix documentaires. L’enquête des médecins légistes italiens afin de redonner une identité aux migrants noyés dans le vibrant Numéro 387, Disparu en Méditerranée de Talheh Daryanavard mais aussi le désolant L’Homme à mangé la Terre du réalisateur français Jean-Robert Viallet promettent au jury de sacrés mots de tête pour désigner « le » film.

Cette nouvelle édition met aussi les courts métrages documentaires à l’honneur avec deux prix décernés. L’un pour les courts métrages documentaires, l’autre pour récompenser « une œuvre de non-fiction linéaire ou interactive […] réalisée grâce aux outils et technologies numériques » invitant le spectateur à s’immerger dans le documentaire à l’aide de la réalité virtuelle. 

Simon Guichard

0 comments on “FIPADOC 2020 : c’est parti !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :