Compétition Documentaire musical

« Il faut viser l’impossible »

Un portrait de Mirga Gražinytė-Tyla documente la sensibilité inouïe de la jeune cheffe lituanienne de l’Orchestre symphonique de Birmingham à chacun des degrés d’intensité d’un son.

C’est une différence délicate, à peine perceptible. Une subtile variation du tintement des maillets. Une petite précision lors des répétitions de l’orchestre. Ce sont les variations continues du vent brossant les épillets vert pâle des roselières sauvages de Courlande. Tenir compte des extrêmes nuances, des infinies différences d’une onde, est l’impossible rêve éveillé de « l’étoile montante de la musique classique » révèle le documentaire « Going for the impossible », réalisé par Daniela Schmidt-Langels. 

La première femme chef d’orchestre du CBSO

« Transmettre sans utiliser les mots », voici la première chimère que la nymphe Mirga ne craint pas de défier. La musique ne pouvant être mise en mots, la cheffe privilégie sa voix dans son art de la direction. Née en 1986, à Vilnius, dans une famille de musiciens, son père est chef de chœur, sa mère, pianiste et chanteuse, elle est, depuis septembre 2016, la directrice de la musique du CBSO [City of Birmingham Symphony Orchestra].

Cette phalange, sise dans l’une des villes les plus diverses du Royaume-Uni, rendit célèbre Sir Simon Rattle ; pendant 18 ans, le chef britannique y perfectionne son art de diriger l’interprétation de la musique d’un orchestre ou d’une chorale en concert, avant de devenir le maestro de la Philharmonie de Berlin.

Il est vrai que la première femme chef d’orchestre à être nommée à la tête du CBSO reçut sa formation musicale en direction chorale, sans jamais jouer d’un instrument, avant de diriger, dès ses treize ans, un chœur, puis d’étudier ensuite la direction d’orchestre… Le chant, encore, avec ces images d’archives réjouissantes de la télévision lituanienne, qui donnent à voir la toute jeune Mirga, en habits folkloriques, remportant un concours des plus conventionnels.

L’énergie rayonnante des lumières isthmiques  

Après la voix, le regard. À l’occasion de chacune des répétitions, Mirga Gražinytė-Tyla définit le tempo, s’assure des entrées correctes des différents membres de l’ensemble, modèle le phrasé des musiciens. Pour transmettre ses idées, la cheffe communique principalement à travers des mouvements secs et vifs de son corps, comme soumis alors à des électrochocs, et le contact des yeux avec les interprètes, regard sur lequel la caméra se concentre vu l’insondable et secrète intensité qu’il libère.

Il faut bien confesser, qu’à découvrir, au fil du documentaire, sa vie intérieure, professionnelle, familiale, sans jamais rien d’intime, à l’admirer vivre, parler et chanter, dans plusieurs langues, dont le rare sudovien, et puis diriger, les mots manquent pour décrire l’énergie pénétrante et vitale qu’émet l’artiste. Restent alors les images, celles qu’autorisent les métaphysiques prises de vue aériennes de l’isthme russo-lituanien, isolé et lointain, le ciel allé avec la mer, là débute l’Éternité, et où Mirga finit par apparaitre, au détour d’une sente, marchante, pieds nus, tel un fantôme. 

« Plus léger encore »

Et, de l’autre côté des images, c’est en fait le commencement, la poésie, « les fonds où se meuvent les désirs et les rêves ». Celle du très beau poème de Mallarmé que Debussy illustra dans le « Prélude à l’après-midi d’un faune » et dont quelques vers résonnent. « Plus léger encore » implore la cheffe du Symphonique de Birmingham comme la flûte solo de l’orchestre initie le « Prélude » avec le thème du satyre, « qui monologue entre rêve, réflexions, et souvenirs d’amour de nymphes ».

Aucune pulsation appuyée, aucun rythme clairement marqué, des harmonies délicates. Les roseaux bruissent doucement sous le souffle de Pan. Mirga Gražinytė-Tyla exploite au mieux les timbres des instruments et parvient à transformer la musique en poésie, en véritable tableau sonore.  

Ludovic Renard

0 comments on “« Il faut viser l’impossible »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :