International

Home Games : Cendrillon aux crampons

Dans Home Games, Alisa Kovalenko nous dévoile l’histoire d’Alina, espoir du football féminin ukrainien. Un documentaire sur une jeune femme pour laquelle le sport est plus qu’une passion, c’est un véritable projet de vie. Seulement, la vie en décide parfois autrement, et Alina doit vite faire face à d’autres priorités.

Elle a 20 ans et est l’une des meilleures joueuses de son pays. Alina vient de Kiev. Sa famille est plus ou moins aux abonnés absents. Son père est en prison, sa mère n’en est sortie que pour faire deux enfants, et disparaitre à nouveau. Alina vit avec sa grand-mère, son demi-frère Renat et sa demi-sœur Regina. À 6 et 7 ans, leur vie est gérée de main de maître par leur aînée. Aînée dont le rêve s’appelle sélection nationale ukrainienne.

Alors qu’Alina vient de gagner l’un des matches les plus importants de sa carrière, remportant un tournoi régional, sa mère est admise en soins intensifs. Ses organes ont lâché. Elle décède quelques jours plus tard. Espoir du foot féminin, Alina (re)devient mère de substitution pour ses cadets. Le père des enfants s’appelle Roman, est alcoolique, et Alina ne verra jamais la couleur de l’allocation parentale dont il bénéficie, sûrement envolée dans des casinos plutôt que dans les cahiers et les stylos pour l’école.

Étalé sur deux ans, depuis février 2016, le tournage de documentaire nous emmène dans le football féminin amateur ukrainien et le quotidien de celles qui le font, pas toujours reluisant. Alina chausse les crampons en lisant une version revisitée de Cendrillon aux enfants, dans laquelle la pantoufle de vair devient une chaussure à crampons dorée. Tantôt mère, tantôt équipière, Alina essaye de ne pas décevoir sa coach Alla, quitte à continuer ses séances d’abdos sur la plage, lors de leur stage d’entrainement estival, alors que ses coéquipières sont à l’eau. Un combat de chaque instant à seulement 20 ans, pour protéger deux jeunes enfants et ne pas se les voir retirer par les services sociaux. Mais à la fin, tout s’arrange bien. Le conte de fées, avec les embûches dont il est semé, voilà ce qu’a souhaité dépeindre Alisa Kovalenko.

Pour lire notre interview de la réalisatrice, c’est par ici

Marianne Chenou

2 comments on “Home Games : Cendrillon aux crampons

  1. Ping : 3 questions à Alisa Kovalenko, réalisatrice de Home Games – Champ / Contrechamp

  2. Ping : Entretien avec Stéphane Siohan, journaliste et producteur – Champ / Contrechamp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :