La vie du festival

Une cérémonie d’ouverture sous le signe du renouveau

Ce soir, 22 janvier, se tenait la cérémonie d’ouverture du Fipadoc dans la salle Atalaya de la Gare du Midi de Biarritz. L’occasion pour la présidente, Anne Georget de faire part de son excitation au lancement de la première édition de cette formule inédite.


Exit la fiction, au total plus de cent documentaires sont projetés lors de cette semaine de festival, déclaré ouvert par le maire de Biarritz Michel Veunac. « Cette programmation est une promesse de voyage, poétique parfois, intense toujours » promet Anne Georget. Un changement de cap pleinement assumé par la présidente du festival : « La volonté de dédier le festival aux documentaires est une conviction. Je suis persuadée que c’est une bonne idée pour émouvoir et surprendre le spectateur ». En ville, pas de changement. Les projections sont toujours à découvrir sur les cinq sites habituels du festival, à savoir le Colisée, le Royal, le Casino, la Gare du Midi et l’auditorium Bellevue.

Ôter la fiction ne met pas fin à la compétition

Tous les membres des jurys ont été conviés sur scène par la présidente du festival. Parmi eux, l’ancien rédacteur en chef adjoint aux Inrockuptibles Jean-Marie Durand, la réalisatrice Américaine Shola Lynch, réputée pour ses films axés sur la condition féminine et le compositeur Reinhardt Wagner deux fois nommé aux Oscars, chaleureusement salués par le public. Celui-ci a été particulièrement intrigué par une voix singulière et familière à la fois, semblant sortir de nulle part. L’identité du speaker a rapidement été dévoilée, Feodor Atkine, célèbre voix française de Dr House ou encore de Jafar, n’hésitant pas à amuser l’auditoire.

Dans le public, de nombreux professionnels mais aussi des Biarrots anonymes venus découvrir la nouvelle mouture du Fipadoc. Parmi eux, Isabelle, grande fidèle de l’événement, a fait part de son engouement : « C’est une bonne chose que le festival se renouvelle. Après des années de fiction, la réorientation autour du documentaire ravive ma curiosité ». Surtout, pour nombreux spectateurs, l’essence même du festival reste inchangée, le plaisir de la projection surpasse celui de la télévision. « L’immersion est la force principale du Fipadoc. L’expérience en salle, unique, attire le public » résume André, enthousiaste avant la première diffusion de la semaine.

Alexis Czaja

Publicités

0 comments on “Une cérémonie d’ouverture sous le signe du renouveau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :